Voyage chez Shérazade

premiers contacts au marché de Taschkent

tout comme l’Egypte dépend du Nil, l’histoire des terres reculées du Khorezm est lié au delta de l’Amou Daria.

La plus intacte et la plus reculée des villes qui parsèment la route de la Soie  en Asie centrale se rencontre à travers un périple à travers les âges qui par de la socialiste Taschkent pour atteindre cette cité médiévale esclavagiste.

départ pour Boukhara par une longue route à travers le désert de Kysyl kum , le désert des sables rouges.

nous voici sur la « route de la soie » rêve de tout occidental, cette route d’Urgench à Boukhara longue de 416 km, reprend l’ancien tracé suivi par les caravanes grâce à la présence de points d’eau. Les caravaniers ont affronté la longue route menant de la Chine à Rome.

l’irrigation massive et mal gérée consacrée surtout au coton est dramatique car elle disperse les eaux polluées et assèche les fleuves.

Boukhara , la Sainte

Boukhara a gardé son caractère oriental. Les boutiques rappellent les souks marocains, les dollars et les …euros y sont très prisés et les touristes attendus. On écoute, on regarde, on oublie le temps, on le remonte au cœur de cette cité longtemps interdite aux infidèles !

 

continuation par les bazars, boutiques, caravansérails et autres souks

 

au détour d’une rue, Tchor Minor, l’un des monuments les plus récents de Boukhara, 4 tours à coupole surplombent ce monument érigé en 1807.

au détour d’une ruelle, nous admirons les conduites de gaz …suspendues.

la médressée ULUGBEK

retour à travers les ruelles de Boukhara, vers la mosquée Kalyan, l’une des plus anciennes d’Asie centrale et la seconde après Bibi Khanum à Samarcande par sa capacité.

vers le lieu le plus sacré de Boukhara, le mausolée de Baha-Al Din, Naqshbandi, l’un des fondateurs et l’un des saints les plus vénérés de l’islam soufique.

 La nécropole Chor Bakr XVIème s.

continuation par la route royale pour Samarcande avec un arrêt à Sitoraï- Mokhi-Khossa, la résidence d’été des Emirs.

La Shokh Rokh ou Route Royale constituait une voie importante de la Route de la Soie. Elle relie les principales villes de Transoxiane : Samarcande et Boukhara. six à sept jours étaient autrefois nécessaire pour parcourir ces  270km le long de la vallée de Zeravchan.

route vers Shakrisabz, la ville natale de Tamerlan

                                         Shakrisabz, la « ville verte »

Lorsque nous arrivons à Shakrisabz, nous sommes accueillis par la statue monumentale de Tamerlan.

 

Miroir du monde, jardin de l’âme, joyau de l’islam, perle de l’orient , centre de l’Univers… Samarcande, cette oasis fabuleuse des confins du Kysyl Kum n’a cessé d’éblouir les voyageurs. Sertie dans la vallée du Zéravchan, dominée par le massif de l’Altaï, elle est au cœur de toute l’histoire de l’Asie centrale. Au paléolithique, il y a 40 000 ans, les hommes s’y sont installés et les archéologues ont datés l’urbanisation au VIème s. av. N.E. Fondée probablement par les Perses, la cité fut construite sur un site stratégique des routes de l’empire Achéménide. Elle était capitale de l’empire sogdien , lorsqu’en 329 av. N.E. elle subit les assauts d’Alexandre le Grand. Très convoitée, Samarcande changea de main environ tous les 200 ans. Passant sous le contrôle des turs, des arabes avant d’être anéanti par Gengis Khan en 1220.

Tamerlan décida en 1370 d’en faire sa capitale.

 

Samarcande

Le Registan comportait à l’origine une seule médressée, la plus grande d’Asie centrale construite par Ulugbeg entre 1417 et 1420.

Son entrée principale possède un grand portail avec une arche voutée de 15 mètres comportant une énorme mosaïque représentant le ciel avec les étoiles à 5 et 10 rayons.

Initialement, la médressée était dotée de 50 cellules dans laquelle résidait plus de 100 étudiants.

 

Medressée-Mausolée Bibi-Khanyn

Erigée au milieu du XVème s. pour être la mosquée principale du vendredi de Samarcande. La construction a duré 5 ans et des éléphants indiens étaient utilisés pour le transport des charges lourdes.

 

L’apparition de l’ensemble Shah-i-Zindeh sur la versant de la colline d’Afrassiyab est associée au nom de Kussam Ibn Abhas cousin du prophète Muhammad.

A l’époque Timouride aux XIVè et XVème s, les familles nobles et la famille de Tamerlan se firent construire des mausolées notamment les femmes de la lignée des Timourides.

 

                Balade au marché très coloré

et défilé de mode chez une styliste

 

 

 

 

 

Egypte  Voyage au fil du Nil

carnets de voyages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *